( 27 avril, 2011 )

Soif d’écrire

 

ecrire.jpg

Besoin de fuir cette écriture qui me rattrape pour mieux m’exprimer ! Besoin de repli sur soi pour mieux s’analyser, se comprendre, se montrer plus objective et pourtant ne pas l’être à 100 %. Besoin de se confier comme à ce confident que nous avons perdu…. Besoin de mettre des mots sur les maux ou les émotions qui nous interpellent. Besoin de se sentir vivant après tous ces passages traversés, toutes ces bourrasques qui nous ont fait plier mais pas tomber…. Besoin de plénitude, de sérénité et de calme absolu après ce déferlement de sentiments. Cette perte pour mieux se retrouver, pour aller de l’avant en s’appuyant sur ses expériences et son passé ! Besoin d’évacuer tout ce trop plein qui nous hante à l’intérieur….

( 3 octobre, 2010 )

Le temps…

85766sablier.jpg 

« Ce n’est pas que nous disposions de très peu de temps, c’est plutôt que nous en perdons beaucoup »

 Sénèque

( 28 avril, 2010 )

Pour toi, pour Nous, pour l’Humanité

 

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

Pét@ledelune

( 12 avril, 2009 )

Le petit hérisson

herisson.jpg

Il était une fois un jeune hérisson pour qui la vie avait été difficile jusque là.
La seule chose pour laquelle il semblait vraiment doué, c’était de se mettre en boule…

De nombreuses attaques lui avaient appris à se protéger et il savait se faire tout rond plus vite que n’importe quel hérisson.
A force de se faire agresser, il avait d’ailleurs fini par croire que tout le monde lui en voulait.

 

Bien des êtres avaient essayé de s’en approcher et s’en étaient retournés tout meurtris.
C’est qu’en plus, il avait aiguisé chacun de ses piquants et prenait même plaisir à attaquer le premier. Sans doute se sentait-il plus important ainsi…

 

Avec le temps, il était devenu très solitaire.
Les autres se méfiaient de lui.
Alors il se contentait de rêver à une vie meilleure ailleurs, ne sachant plus comment s’y prendre pour sortir de cette situation d’agression permanente.

 

Un jour qu’il se promenait toujours seul,  non loin d’une habitation, il entendit une étrange conversation en tre deux garçonnets.
-  » Tu sais , sur le dos il y a plein de piquants, mais mon père dit que le ventre est aussi doux que Caramel, tu sais, ma peluche préférée, disait le plus petit.
- J’aimerais bien voir ça !
- Moi, je sais où il se cache, dit l’autre, sous ces haies.  »

 

 » Tiens, se demanda notre ami à quatre pattes , ne seraient-ils pas en train de parler de moi ?  »

Ces paroles avaient excité sa c uriosité.
Était-il possible qu’il soit fait d’autre chose que des piquants ?

 

Il se cacha dans un coin et regarda son ventre.
Il lui sembla faire ce mouvement pour la première fois.
Il avait passé tellement de temps à s’occuper des petites épées sur son dos qu’il en avait oublié cette fourrure douce et chaude qui le tapissait en dessous.

 

 » Mais oui, moi aussi je suis doux en dedans, constata-t-il avec étonnement. Doux dedans, doudedan, doudedan  » chantonnait-il en sautillant d’une patte sur l’autre.
Celles-ci le faisaient rebondir.
Tiens, il avait aussi oublié le plaisir de danser.
Car les hérissons dansent les soirs de lune, le saviez-vous ?

 

Tout en dansant, il s’était rapproché des deux garçons.
Le plus grand disait à l’autre :
-  » Les renards font pipi dessus pour les obliger à s’ouvrir. On pourrait bien en faire autant, comme ça on verrait…
- Ah non ! dit le plus jeune. Je ne veux pas leur faire de mal. Ils sont très gentils. Il faut en apprivoiser un en lui apportant tous les jours un œuf. Les hérissons adorent les œufs.
- D’accord, mais il faut d’abord en trouver un ! dit son compagnon.  »

 

Le petit animal tendait l’oreille.
Cette histoire commençait à beaucoup l’intéresser.
Comment ? il existait quelqu’un qui ne lui voulait pas de mal !

 

Après bien des péripéties que je vous laisse imaginer, et aussi des doutes, des hésitations, des peurs et des envies de fuir, notre ami Doudedan, c’est ainsi qu’il s’appelle lui-même, accepta de se laisser apprivoiser.

 

Il passa de moins en moins de temps en boule.
Chaque jour il s’exerçait à montrer sa fourrure.
Du coup elle devenait de plus en plus douce et soyeuse.
Et ses piquants à force d’être délaissés finirent par s’émousser et devinrent de moins en moins piquants.

 

Ah ! Que c’était bon d’avoir des amis… et aussi de se sentir si doux.

A force d’apprendre à être doux, il avait même fini par rencontrer une compagne qui elle aussi avait un ventre très, très doux… et devinez ce qui arriva ?… 

« Contes à guérir, contes à grandir », Jacques Salomé

 

 

( 18 février, 2009 )

Extrait du livre « Maktub » de Paolo Coelho

doisneau

Trois fées étaient invitées au baptême d’un prince. La première lui offrit le don de rencontrer l’amour. La deuxième, la fortune pour réaliser ses souhaits. La troisième, la beauté. Puis, comme dans tous les contes pour enfants, apparut la sorcière. Furieuse de n’avoir pas été invitée, elle jeta au prince un mauvais sort :

  

« Puisque que tu as déjà tout, je vais te donner plus encore : tu seras talentueux dans tout ce que tu entreprendras ».

  

Le prince grandit et devint beau, riche et amoureux. Mais il ne parvient pas à accomplir sa mission sur la terre. Excellent peintre, sculpteur, écrivain, musicien, mathématicien, il ne réussissait jamais à terminer une tâche car, très vite distrait, il voulait aussitôt en entreprendre une autre.

  

Le maître dit :

  

« Tous les chemins mènent au même endroit. Mais choisissez le vôtre, et allez jusqu’au bout. N’essayez pas de parcourir tous les chemins. »

 

( 12 février, 2009 )

♥♥ La pensée du jour ♥♥

100606170631doisneblottot

La clé de l’amour, c’est la patience.

La clé de la patience, c’est de ne rien attendre.

( 23 décembre, 2008 )

C’est Noël

peren10.jpg

Moment de fête, de trève et de douceurs !

Moments de réconciliations ou de gaieté, de

partage, de distributions de cadeaux….

 Moment magique et féérique perpétré depuis de

 nombreuses années !

Joyeux Noël à toutes et tous !

( 28 septembre, 2008 )

♣♣ Analyse de la Vie ♣♣

320518CIKH_w

L’homme et sa course contre le temps… le temps à rebours… sa course échevelée… course vers le futur qui fuit… course vers ce temps virtuel qui l’occit !

Sa soif de tout vouloir connaître, de tout vouloir goûter, de tout vouloir savoir, de tout vouloir vivre, le pousse sans cesse au delà de ses retranchements à vouloir vivre encore et encore et toujours plus vite ! Jusqu’au jour où essouflé, il s’arrête net fatigué, usé par cette vie dont il n’a pas su profiter ! Enfin amoindri et aigri, il lui en voudra de ce rythme infernal que la vie lui a imposé mais qu’en fait, il a appliqué tout simplement de lui même, de sa propre volonté !

Etre maître de soi et du temps… de la tranquillité et du calme, d’une certaine sérénité, voilà ce que l’Homme s’efforce d’apprendre toute sa vie et qu’il finit par découvrir durant les derniers instants de la vie, au moment de son dernier souffle… il sait qu’il est passé à côté de tant de choses mais il sait qu’il reviendra pour encore et encore apprendre…..les douces leçons de la Vie.

♥♥♥♥♥♥♥♥

 Pét@ledelune

( 16 juillet, 2008 )

« Inassiduité »

Actuellement, je ne suis pas très assidue à mon blog ! Je le reconnais ! C’est en partie, normal ! J’ai énormément de choses à faire, mais aussi des choses qui me trottinent dans la tête et je recherche à chaque fois, ma sérénité « perdue » !

Manque d’activité dans mon travail et du coup, perte de motivation également (en espérant que ce n’est qu’un passage à vide) comme on dit bien souvent ! Affaire à suivre.

Ensuite, je m’occupe de garder le contact avec les personnes que j’apprécie et de passer encore le temps qu’il me reste auprès des personnes qui me sont chères, ma famille, mon mari et mes ami(e)s. Je profite de chaque instant pour pouvoir passer de bons moments avec eux ! Des sorties moto sont programmées assez fréquents avec les amis (je ne suis pas conductrice mais passagère) et des repas partagés en famille sont à l’honneur dès que possible. D’ailleurs, il y en a un qui se programme prochainement pour mon anniversaire en fin de semaine !

Je me suis mise au dessin et à la photographie également ! Cela me demande énormément de temps car pour le dessin je suis totalement débutante sans aucun don en moi ! J’ai donc tout à apprendre, la photographie : pareil, sauf que j’ai un peu « l’œil », ainsi lorsque je me promène dans la rue, je vois le type de photographie que je pourrai prendre, une main, un visage, un enfant au loin ou une fleur en gros plan…. Il y a tellement de modèles à prendre !

Le jardinage est un de mes passe-temps favori et en ce moment il y a de quoi faire ! Donc écouter la nature qui pousse et qui nous offre ses cadeaux en signe de remerciement pour l’aimer en retour !

Mais je me suis lancée à la recherche de mes ami(e)s de classes de la primaire jusqu’à la terminale. Cela demande beaucoup de temps également ! Le problème, c’est que j’ai retrouvé ma première amie d’enfance et que le temps nous a séparées et les retrouvailles me semblent, quelque peu, décevantes ! Le temps et les expériences subies ont fait quelques ravages sur notre amitié et il me semble parfois impossible de reconsolider tout cela ! J’aurais tellement voulu que tout reprenne comme avant et pourtant… j’ai un doute, un énorme doute ! La vie a provoqué des ruptures qui sont parfois « inconsolidables »…. Et vous ? Que pensez-vous de ces amitiés perdues, retrouvées par la suite ? Pensez vous que ce genre de site pourrait faire des « miracles » ? Nous rendre les amis d’enfance que le temps nous a enlevés ? Je ne sais que répondre mais si vous avez un avis quel qu’il soit, merci de me le donner !

( 13 mai, 2008 )

Extrait de « Les yeux jaunes des crocodiles » de Katherine Pancol

« Les racines, on n’y pense pas quand on est jeune. C’est vers 40 ans qu’elles se rappellent à nous. Quand on ne peut plus compter sur l’élan et la fougue de la jeunesse, quand l’énergie vient à manquer, que la beauté se fâne imperceptiblement, qu’on fait le compte de ce qu’on a fait et de ce qu’on a raté, alors on se tourne vers elles et on y puise, inconsciemment, de nouvelles forces. On ne le sait pas, mais on se repose sur elles ».

Bout de texte qui  m’a immédiatement plu. Ouvrage bien écrit et analysant avec lucidité et réalisme la nature humaine

12
Page Suivante »
|